Épilation intégrale : Avantages, inconvénients et avis des femmes

0
2923

L’épilation intégrale connaît auprès de la gent féminine un engouement qui va en grandissant. De plus en plus de femmes succombent à cette pratique qui reste un exercice relativement délicat, notamment en raison de la sensibilité de la vulve. Quels sont les risques et les avantages à prendre en compte pour qui désire s’épiler en intégralité, et qu’en pensent les femmes ?

Les raisons de l’entrain pour l’épilation intégrale

La toison du pubis est tombée en disgrâce depuis de nombreuses années. Parmi les jeunes femmes de 18 à 25 ans, on observe une réelle envolée de cette pratique de l’épilation intégrale. Les raisons sont différentes selon les femmes. Et si pour une certaine part, l’épilation intégrale est pratiquée pour les effets bénéfiques qu’on lui attribue sur la libido, la grande majorité choisit de s’adonner à ce rasage complet pour des raisons plus évidentes.

  • L’épilation intégrale plaît aux hommes et permet de rendre les ébats amoureux plus agréables. Comme en témoignent certaines femmes, ce serait ici l’avantage numéro 1 de l’épilation intégrale : les sensations seraient plus intenses au cours des rapports sexuels. Même si l’avis de la gent masculine reste relativement partagé sur le sujet, il semble que le penchant soit pour le contact direct entre peaux nues.
  • Un sexe totalement épilé offrirait plus de confort et une hygiène plus simple à maintenir. Les poils retiennent plus facilement les odeurs que ne le fait une peau parfaitement lisse. Il est plus simple de maintenir l’hygiène de cette zone intime quand il n’y a tout simplement pas de poils !
  • Une épilation intégrale, c’est aussi un atout mode ! On porte ainsi plus facilement et avec plus d’assurance les maillots échancrés, et l’effet de transparence pas très agréable de certains maillots de bain, qui se remarque lorsqu’on a une toison pubienne à cacher, disparaît totalement.

Les microtraumatismes dus à l’utilisation des tondeuses ou des rasoirs pour l’épilation

Si le résultat après épilation peut sembler très agréable à regarder, la réalité de l’épilation intégrale est moins lisse qu’on ne pourrait le penser, et l’on compte de nombreux inconvénients à cette pratique.

  • La majorité des personnes qui pratiquent une épilation intégrale se servent en effet de rasoirs ou de tondeuses, et il s’agit pour la majorité de produits de qualité moyenne. Ces appareils et accessoires ne sont pas forcément adaptés à l’épilation de cette partie sensible du corps. Il faut savoir que la peau du pubis est aussi fine que celle des lèvres. Dans la majorité des cas, le pubis sera donc laissé dans un état déplorable, avec toutes sortes de microtraumatismes. Par exemple, les petites coupures qu’il est difficile d’éviter avec ces instruments tranchants peuvent être autant d’endroits où des bactéries pourront trouver refuge et se développer. Ces microcoupures laisseront avec le temps des cicatrices qui ne seront pas du plus bel effet sur la peau.
  • Les poils incarnés à la surface du pubis ne sont éliminés que par des coupures dans la peau, ce qui risque aussi de laisser des traces très visibles.
  • Un pubis rasé de très près laisse la peau très sensibilisée, et les traces de rougeurs et les irritations ne sont pas forcément agréables à regarder.
  • Avoir un pubis rasé parfaitement rasé, cela suppose un entretien systématique et une séance d’épilation au moins une fois toutes les 3 semaines.

L’épilation intégrale prive la peau d’une protection naturelle

Les poils ont un rôle de protection très important. Ils permettent de prévenir toutes les irritations et les agressions que peut subir la vulve en raison de sa muqueuse extrêmement fine. Les simples frottements des tissus d’une culotte ou une température trop basse peuvent en effet sensibiliser cette zone intime qui reste par ailleurs très vulnérable aux bactéries. Se débarrasser de la toison pubienne équivaut donc à supprimer un barrage naturel.

Certaines statistiques souligneraient que les personnes qui se livrent à l’épilation intégrale sont infectées par les MST en plus grand nombre, en comparaison avec celles qui conserveraient leur toison pubienne. L’étude a été réalisée sur des personnes de 18 à 65 ans, et des maladies comme la syphilis ou la blennorragie ont été dépistées de façon plus fréquente chez les adeptes du « poil zéro ». Cependant, les auteurs de cette étude soulignent que la corrélation entre maladies sexuellement transmissibles et épilation intégrale ne peut être établie de façon certaine. Il existe la possibilité que les individus qui s’épilent de façon intégrale aient simplement une activité sexuelle plus forte, et soient donc plus enclins à contracter des MST.

Une peau fragilisée par les mauvaises techniques d’épilation

Certains médecins tiennent toutefois à souligner les risques qui existent à supprimer cette barrière naturelle de poils, en ajoutant que les rasoirs (en raison des microcoupures engendrées qui entraînent des risques d’infection divers) ne sont pas forcément la meilleure méthode pour s’épiler quand l’on y tient. Les crèmes dépilatoires sont une option bien moins traumatisante, et elles permettent aussi d’obtenir des résultats appréciables sur les poils les plus fins. Si vous avez par contre une pilosité plus fournie et plus dense, les rasoirs de bonne qualité seront plus indiqués.

Quelques avis sur l’épilation intégrale

Selon de récents sondages, plus de trois quarts des femmes de 18 à 25 ans seraient à 100%pour l’épilation intégrale. Le « naturel » ne serait pas du tout au goût du jour. Cependant, les expériences ne sont pas les mêmes parmi les dames ayant fait l’essai de cette pratique qui a le vent en poupe.

Carmen : « je tenais à essayer, sous les conseils de ma meilleure amie. Sauf que je ne suis pas très adroite ! Et le rasoir m’a laissé avec des coupures bien douloureuses la première fois. Depuis, j’ai adopté la crème dépilatoire, et je profite quelques fois de séances dans un institut ».

Helena, qui n’était pas très portée sur l’épilation il y a quelques années, raconte comment elle en est venue à l’épilation intégrale : « On a par le passé associé les femmes à un rasage discret et des poils pas trop longs. L’épilation intégrale semblait plutôt associée à des mœurs légères…ou aux actrices de films X. J’ai été contrainte de l’essayer il y a quelques années, quand j’ai raté mon épilation. J’ai apprécié le résultat, et depuis, je la fais souvent pour mon plaisir, mais aussi pour surprendre mon Jules ».

Élodie explique pourquoi elle préfère rester « naturelle » : « j’ai essayé l’épilation intégrale pour la première fois, quand j’avais 18 ans, il y a quelques années. C’était un fiasco, du moins à mon sens ! Il m’a semblé que je redevenais une ado pubère toute lisse ! Depuis, je n’ai pas réessayé » !

Si vous vous laissez vous aussi tenter par une épilation intégrale, profiter des services d’un établissement esthétique spécialisé est le meilleur moyen d’avoir un soin de grande qualité en raison des produits utilisés et de la maîtrise des techniques les plus éprouvées.

Rien ne vous empêche cependant de pratiquer vous-même, l’habitude vous aidera probablement à avoir un geste plus sûr avec le temps !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here